LE JAPON,  la conquête de l’autre paradis de la mode maintenant subventionnée

Le Japon représente le 3ème marché mondial de la mode et de l’habillement, avec plusieurs segments en croissance :

  • prêt-à-porter : 55,8 Mds EUR + 0,76 % entre 2011 et 2016 ;

  • vêtements de sport : 10,9 Mds EUR + 22,5 % entre 2011 et 2016

  • mode enfantine : 6,2 Mds EUR + 3,3 % entre 2011 et 2016.


Les consommateurs japonais, disposant de l’un des pouvoirs d’achat les plus forts au monde, un taux de chômage très faible, maintiennent un niveau élevé de dépenses lorsqu’il s’agit de leur garde-robe ou de leur vestiaire, et ils et elles sont toujours à la recherche de nouveaux produits et de nouveaux concepts.

Il convenait jusqu’ici d’adapter la coupe des vêtements aux mensurations des Japonais, souvent plus petits que les Français, une constatation beaucoup moins vrai  aujourd’hui pour les jeunes générations particulièrement sensibles à la mode sur le secteur du masculin. Les japonais de moins de 40 ans sont des « bêtes de mode» bien plus que les français des mêmes tranches d’âge.

Bien sûre les marques nationales sont de redoutables concurrents autant sur leur propre marché qu’en Europe que sur l’ensemble des marchés internationaux en particulier indien, chinois et asiatiques, mais les clients japonais sont particulièrement sensible à la qualité des finitions et des matières, aux concepts innovants et créatifs venus d’occident. Un marché plutôt mature, informé et éduqué en matière textile qui le rend moins captif des marques de luxe et plus sensible aux marques créatives et confidentielles au mieux disant éco responsable.

 

La mise en place début 2019, de l'accord de libre-échange UE-Japon, devrait impliquer des réductions et suppressions de droits de douane pour les articles du secteur textile, chaussure et maroquinerie. 
Si la France importe beaucoup de fils et textiles techniques en provenance du Japon, elle n’exporte pas assez au Japon. Au premier trimestre 2017, le Japon a représenté seulement 1,34 % des exportations en valeur du secteur du Prêt-à-porter masculin tricolore, ce pourrait largement s’améliorer largement du fait de l’accord. Les exportations globales vers le Japon se sont redressées de 7,7 % en un an, permettant à l’archipel de retrouver la 4e place parmi les clients de la France. La culture Japonaise est à la mode en France du Manga à la création de mode, mais aussi grâce à la politique globale du Japon vers les pays occidentaux. La culture et la mode française doivent encore reconquérir le pays du soleil levant autrement que par les seules marques de luxe. Les jeunes générations sont culturellement proches et il faut savoir en profiter.

 

Considéré comme stable, le marché japonais est aujourd’hui l'un des marchés les plus dynamiques de l’industrie mondiale du prêt-à-porter, à la quatrième place en valeur. 
Le Japon est également un partenaire de choix pour la filière française du cuir, selon le Conseil national du cuir. En 2017, 330,8 millions d’euros de productions tricolores ont été exportées vers l'archipel, allant de la peau brute au produit fini. La France  quatrième fournisseur du Japon en maroquinerie en 2017, a exporté pour 266,9 millions d’euros d’articles de maroquinerie, en recul de 10 % l’an passé. On notera aussi, 816 000 euros de gants en cuir de ville (-19 %), 6,4 millions de vêtements en cuir (+7 %). 

Agence DD