DURABILITÉ DES VÊTEMENTS : UNE PRÉOCCUPATION PREMIÈRE DES FRANÇAIS

CONSOMMATION

 Au mois de décembre 2018 et pour les 12 mois de l’année, l’indice des prix à la consommation est resté stable pour l’homme mais en baisse de -1,8% pour l’enfant et pour la femme 0,4%.

 

DURABILITÉ DES VÊTEMENTS : UNE PRÉOCCUPATION PREMIÈRE DES FRANÇAIS

Les Français confirment leur intérêt pour l’étiquette d’entretien textile :76% d’entre eux la trouvent utile. Le COFREET, Comité français de l'Étiquetage pour l'Entretien des Textiles et représentant de la filière Textile et Habillement, annonce ce jour les résultats de la troisième édition de son baromètre biennal.

 « L’étiquette d’entretien textile et les Français » mené avec IPSOS. La seconde vie des vêtements y est de plus en plus plébiscitée. Selon ce baromètre, les Français sont en effet près de 40% à donner leurs vêtements, soit à des associations (27%), soit à leur entourage (12%). Ils sont également 33% à les déposer dans des conteneurs de recyclage de textiles. 14% d’entre eux –  et en particulier les 18-34 ans – s’adonnent à des activités de revente ou d’échange..

la majorité des personnes interrogées (60%) considère les consignes d’entretien comme importantes. Le critère « label développement durable » gagne en importance : il est qualifié d’important par 37% des Français aujourd’hui contre 33% en 2016. Dans un cadre où les Français souhaitent conserver leurs vêtements le plus longtemps possible, une fois l’acte d’achat effectué,  l’entretien revêt un caractère important.  Les consignes d’entretien des vêtements sont en effet suivies par une large majorité (71%).

Il faut dire que  les Français lavent beaucoup leurs vêtements, 8 personnes sur 10 effectuent entre 1 à 6 lessives par semaine, et 13% d’entre elles affirment en faire une à plusieurs fois par jour..

Parmi les cinq symboles figurant sur l’étiquette, les mieux compris sont ceux du repassage et du lavage, bien interprétés par respectivement 98% et 88% des Français. Les trois symboles restants sont encore méconnus : le signe d’une moindre affection des Français pour ces modes d’entretien ? Le symbole du séchage est ainsi connu de 20% des personnes interrogées,

contre 25% pour celui du blanchiment et 12% pour celui du nettoyage professionnel.

Agence DD