Sport, écologie et recyclage

Honneur au Japon, qui accueillera les jeux olympiques de 2020, et qui donne le ton des nouvelles influences « healthy » et Zen sur le sport mais aussi et surtout à une  conscience écologique qui anime les organisateurs de l’événement mondial. Mettre en avant les performances humaines mais aussi les innovations des prototypes utilisés par les athlètes des jeux para olympiques, c’est aussi une manière de redéfinir les ambiances et les couleurs de la performance vers plus de naturel. Un constat généralement partagé, sport et mode sont définitivement liés par le confort.

Même préoccupation écologique de la Suisse, avec une réflexion sur sport et recyclage. Des montagnes aux couleurs étranges mises en parallèle avec des montagnes de vêtements qui font grincer les naturels dans une douce folie.

 

Sport/collectif

Une constante, les drapeaux adoucissent les contrastes rayures, des drapeaux apaisés aux couleurs pacifiées.

Le Danemark joue les harmonies collectives de blanc avec une tradition centenaire de gymnastique de groupe, ou des vifs atténués des « sport center » des années 20 au design flexible, social, adaptable.

Le Portugal anticipe sur le mouvement et les trans-culturalités par de nouvelles règles du jeu de la couleur.

La Chine balance entre performance collective futuriste, innovation et recherche d’équilibre individuel. Les arts martiaux et leur philosophie retrouvent les couleurs d’un art de vivre, sensible au développement durable avec des gammes neutres et calmes…

 

Performance/speed

L’Italie et l’Espagne foncent dans la performance, la compétition.  Le rouge force les rivalités, les vifs dopent les stades, met le feu aux passions nationales.

Les USA, entre Zen attitude et sport extrême, oscillent entre des gammes « green attitude » et violent constraste.

 

 

Créatif/décalé

La Finlande est la première à montrer les interactions entre mode et sport, avec des détails claquant et décalés. Une cool attitude qui signe et lie les collections des jeunes créateurs avec le sport en rafraichissant la gamme des ses impertinences.

L’Angleterre surprend  avec « les sports de fous » et humour de « very bad taste » qui associent les couleurs traditionnelles et naturelles des tweeds aux codes du sport.

La Corée fait surfer sa planète jeune, une génération qui glisse aussi entre virtuel et hyper réel en gamme à la fois girly et dynamiques.

Un corps virtuel et poétique mise en avant par la Turquie, une plongée dans le futur. Une chorégraphie virtuelle du corps et de transparences luminescentes.

La France joue aussi les double jeux, les bicolores, les alternances, les répétitions. Des couleurs en coups de poing secouent les gammes de gaité et fraicheur de fashion et design attitude. Tous les bleus et les verts, aquatiques ou fluides, dominent la gamme. On surfe sur un océan bientôt paradis perdu.

 

Pour conclure ces échanges, le Comité Français de la Couleur a souhaité mettre en avant la problématique de l’environnement aquatique, à savoir le recyclage des débris plastiques dans l’océan.

L’occasion de mettre en avant, comme rempart à l’inconscient collectif, la couleur e-blue comme rempart militant & innovant pour le printemps-été  2020…

Agence DD